Alcoolisme : dépendance et sevrage

dependance-alcool-alcoolisme-traitement

Définition

Qu’est ce que la dépendance à l’alcool, comment se définit l’alcoolisme ?

L’alcoolisme teste une des principales causes de mortalité prématurée. L’alcoolisme, ou dépendance à l’alcool, désigne la consommation excessive et répétée d’alcool sans possibilité de maîtriser sa consommation et encore moins d’arrêter de boire.
Comme pour toute dépendance, l’alcoolisme crée un état de manque si le buveur diminue sa consommation ou décide d’arrêter de boire : le sevrage de l’alcool entrainant un inconfort physique et psychique (nausées, irritabilité et anxiété, tremblements, difficultés de concentration…).

La dépendance à l’alcool engendre des conséquences psychosociales remettant en cause l’insertion sociale de l’alcoolique, tant professionnelle que dans son environnement affectif. L’alcoolisme a aussi des conséquences désastreuses sur la santé : cirrhose du foie, cancers digestifs, atteintes neurologiques etc… Elle est la cause de conduites à risque, en particuliers d’accidents de la voie publique.

Un nouveau type de dépendance à l’alcool se développe chez les adolescents et les jeunes adultes par le phénomène du « binge-drinking » où les buveurs cherchent à atteindre très rapidement un état d’ivresse. Il est probable que ce comportement prédispose à un alcoolisme chronique ultérieur.

Symptômes

Quels sont les symptômes habituels liés à la dépendance à l’alcool ou alcoolisme ?

Les symptômes de la dépendance à l’alcool ou alcoolisme incluent :

  • Le besoin incontrôlable et compulsif de consommer de l’alcool ;
  • L’apparition de signes de manque physique à distance de la dernière prise, par exemple au réveil ;
  • Des symptômes anxieux : l’alcoolique devient nerveux et impulsif ; son estime de soi est entamée et il peut développer des symptômes dépressifs ;
  • Le besoin constant d’augmenter la dose d’alcool afin d’obtenir les effets escomptés, selon un phénomène de tolérance.

Les symptômes de la dépendance à l’alcool incluent aussi les dégâts de cette addiction sur la santé : affaiblissement des défenses immunitaires, conséquences musculo-squelettiques, modifications de l’équilibre nutritionnel, augmentation du risque de certains cancers, conséquences neurologiques et digestives ne sont que quelques exemples des conséquences néfastes de l’alcoolisme.

Traitements

Comment soigner la dépendance à l’alcool, comment se libérer de l’alcoolisme ?

La première étape du traitement de l’alcoolisme est le sevrage qui peut se faire en hospitalisation ou en ambulatoire : son but est de surmonter les signes de manque inhérents à la dépendance physique. Certains traitements médicamenteux de l’alcoolisme ont été proposés et sont utilisés.

Sur le long terme, un suivi psychothérapique est vivement recommandé, soit dans des groupes d’anciens alcooliques ou en séances individuelles. Apprendre à vivre sans la béquille que représentait l’alcool, développer sa confiance en soi, savoir apprivoiser ses émotions, gérer ses fragilités en particulier en cas de trouble de la personnalité ou de troubles anxieux associés : voici des axes thérapeutiques généralement abordés lors de ces prises en charge de l’alcoolisme.

Proches/familles

Comment puis-je accompagner un proche qui souffre de la dépendance à l’alcool, comment aider un ami à se libérer de son alcoolisme ?

Accompagner un proche souffrant d’alcoolisme peut être long et éprouvant. Sachez que des groupes de soutien où se réunissent parents, conjoints ou proches existent : ils peuvent vous aider à tenir le coup et à adapter votre comportement. L’alcoolisme risque de détruire non seulement la personne qui en est la victime, mais aussi son environnement affectif. Si vous vous sentiez trop éprouvé, vous devriez penser vous-même à consulter.

Mes préconisations

Pour la prise en charge des dépendances, je me suis adjoint la collaboration d’un psychologue et d’une infirmière qui ont travaillé dans un établissement prestigieux de la région parisienne. C’est donc en équipe que j’aide ces patients à leur rétablissement.