L’affirmation de soi

affirmation de soi

L’affirmation de soi est une capacité générale d’exprimer ses souhaits, ses émotions, ses idées et ses convictions, de prendre sa place dans un groupe, ceci sans anxiété particulière, et dans le respect des autres et de soi-même.

L’affirmation de soi est un art qui se développe au cours de la vie. Elle est souvent affaiblie à l’issue des études, suite au « dressage » qu’implique toute forme d’éducation. Elle peut alors s’exprimer de façon maladroite, même agressive étant donné qu’elle implique une capacité de communication adaptée aux autres, une intelligence sociale.

Le défaut d’affirmation de soi fréquent chez les sujets anxieux et ceux souffrant de TOC

Un défaut d’affirmation de soi est fréquent dans la plupart des troubles anxieux : dans l’anxiété sociale mais aussi dans les troubles obsessionnels compulsifs, les troubles paniques etc…

C’est également le cas dans les troubles des comportements alimentaires, l’obésité et la surcharge pondérale… Une personne peu affirmée aura des difficultés à trouver sa place dans sa famille ou son couple, mais aussi dans la sphère professionnelle. Parfois seule la sphère professionnelle ou la seule personnelle est touchée.

De la difficulté de déterminer les causes du défaut d’affirmation de soi

Chercher des « causes » à un défaut d’affirmation de soi n’est pas aisé.

On retrouve des éléments éducatifs : une éducation rigide, des personnalités parentales elles-mêmes très peu affirmées ou au contraire écrasantes.

On peut identifier des causes sociales, certains comportements « affirmés » pouvant aider à maintenir une « domination sociale » sur ses prochains… On se sentira plus ou moins affirmé selon la circonstance et les interlocuteurs, selon l’image d’autorité qu’ils nous renvoient.

Le degré d’affirmation de soi fait partie de l’évaluation survenant au début de toute prise en charge psychothérapique. L’échelle de Rathus est un test qui permet de se mesurer et qui est disponible sur internet.

L’approche comportementale-cognitive classique pour développer l’affirmation de soi

Développer son affirmation de soi peut se faire selon une approche comportementale-cognitive classique : on retrouve souvent des cognitions du type « je ne le mérite pas », « je ne suis pas à la hauteur » etc…

Une vision systémique est également nécessaire pour comprendre ce qu’implique ce défaut d’affirmation dans le groupe : famille ou travail. Dans le cours de la thérapie cette connaissance du « système » permettra de comprendre les conséquences d’un comportement plus « assertif » sur les relations sociales : quand un patient devient plus affirmé, il n’est pas exclu que certains liens aient des difficultés à s’adapter ou même se cassent…pendant que d’autres se créent.

Le travail de thérapie individuelle peut être complété par une thérapie de groupe, organisée par des praticiens libéraux ou à l’hôpital.

Dans tous les cas le « savoir dire » est important. L’affirmation de soi n’est pas seulement dire « non », c’est savoir le dire en fonction de la situation et des interlocuteurs… Certaines personnes peu affirmées seront considérées (et se considéreront elles-mêmes) comme colériques, du fait qu’elles ne réagissent que quand elles sont « le dos au mur » et de façon agressive car elles n’ont plus le choix… Il faudra donc les aider à oser s’exprimer plus en amont, à un moment où l’émotion est moins envahissante.

Etre plus affirmé a toujours des conséquences thérapeutiques très favorables sur les syndromes anxieux et dépressifs. C’est aussi un grand confort dans la vie de tous les jours !