Bipolarité

bipolarite-symptomes-traitements

Définition

Qu’est-ce que le trouble bipolaire ?

Le trouble bipolaire (trouble affectif bipolaire) est un trouble de l’humeur qui a été appelé par le passé psychose maniaco-dépressive (PMD) ou maladie maniaco-dépressive. Le trouble bipolaire est caractérisé par des fluctuations importantes de l’humeur qui alternent des périodes de dépression et des périodes d’excitation appelées manie ou hypomanie. Entre les épisodes dépressifs d’une part, et hypomanes ou maniaques d’autre part, existent des périodes pendant lesquelles l’humeur est normale : ce sont les phases « normo-thymiques ».

Quelles sont les causes du trouble bipolaire ?

Comme pour les autres troubles mentaux, les causes de ce trouble bipolaire sont « multifactorielles » : des participations génétiques, congénitales, éducatives et sociales sont évoquées. La recherche a particulièrement mis en avant des hypothèses génétiques et biologiques.

Symptômes

Quels sont les symptômes courants du trouble bipolaire ?

Les personnes souffrant de trouble bipolaire vivent une alternance d’épisodes de variations de l’humeur :

  • Périodes hypomanes ou maniaques caractérisés par une excitation, une euphorie, des idées de grandeur, un moindre besoin de sommeil, une libido exacerbée : cette excitation est particulièrement intense en cas de « manie » et moindre en cas d’ « hypomanie » ;
  • Périodes dépressives caractérisées par une humeur triste, un manque de goût, un ralentissement psychomoteur, un sentiment d’impuissance et parfois des impulsions destructrices ;
  • Parfois des épisodes dits « mixtes » dans lesquels peuvent coexister des symptômes maniaques et dépressifs.

(Notez que l’utilisation du mot « maniaque » en psychiatrie est différent du sens en français de tous les jours)
Entre ces périodes existent des épisodes « normo-thymiques » durant lesquels l’humeur est normale.
Si les épisodes dépressifs sont ressentis comme particulièrement douloureux pour le patient bipolaire, les épisodes d’excitation peuvent au contraire laisser de bons souvenirs à l’intéressé…alors ces phases sont souvent insupportables pour l’entourage professionnel et familial !

Traitements

Comment traiter un trouble bipolaire ?

Le traitement d’un trouble bipolaire repose essentiellement sur un abord médicamenteux : traitement antidépresseur en phase dépressive, et traitement tranquillisant (neuroleptique) en phase d’excitation maniaque ou hypomane. Des médicaments dits « thymorégulateurs » existent dont le but est de prévenir les fluctuations de l’humeur : par exemple le Théralite, la Dépakote ou la Dépamide, le Tégrétol.
Dans certains cas de trouble bipolaire une hospitalisation est rendue nécessaire : lorsque l’épisode d’excitation ou l’épisode dépressif sont trop intenses. Comme les phases d’excitation maniaques ou hypomanes peuvent entraîner des dépenses financières déraisonnables, des mesures de protection peuvent être nécessaire (curatelle).
Un abord psychothérapique est recommandé pour tenter d’atténuer les fragilités qui peuvent contribuer aux variations de l’humeur.
Proches/Famille Comment puis-je accompagner un proche ou un ami qui souffre de trouble bipolaire ?

Si vous avez un proche souffrant de trouble bipolaire, il est important de bien s’informer sur cette maladie. Il est probable que dans une première phase de son affection, il ne reconnaîtra pas les prémices d’une phase dépressive ou au contraire d’une phase d’excitation : ce sera peut-être à vous qu’il incombera de tirer la sonnette d’alarme et de l’encourager à prendre les mesures adéquates.

Mes préconisations

Mon retour d’expérience sur le trouble bipolaire.

Sous la pression des médias, il semble que le diagnostic de bipolarité devienne plus répandu que par le passé : ainsi on y intègre des variations de l’humeur plus modérées qu’il y a quelques années. Pas de mois sans qu’une personne ne consulte, persuadée, heureusement à tort, de sa bipolarité…
Parallèlement à la prise en charge médicamenteuse, je prends souvent en charge ces patients au point de vue psychothérapique : nous travaillons, entre autres, sur des aspects d’affirmation de soi qui restent souvent inhibés en dehors des phases d’excitation.