Hypocondrie

hypocondrie

Définition

Qu’est-ce que l’hypocondrie ou peur des maladies ?

L’hypocondrie ou peur des maladies est la peur déraisonnable d’être atteint d’une maladie grave : cancer, démence, SIDA, affection cardio-vasculaire etc…

Quelles sont les causes de l’hypocondrie ou lapeur des maladies ?

Comme pour les autres troubles anxieux, les causes de l’hypocondrie sont « multifactorielles » : des participations génétiques, congénitales, éducatives et sociales sont évoquées. Dans certains cas on retrouve des événements traumatisants dans les antécédents : proche décédé brutalement d’une maladie…

Symptômes

Quels sont les symptômes courants de l’hypocondrie ou la peur des maladies ?

Les personnes souffrant de peur des maladies ou hypocondrie ont une écoute quasi-obsessionnelle de leurs réactions corporelles qui leur font évoquer des diagnostics de maladies graves et généralement mortelles. Pour que ces patients soient tranquilles, « leur corps doit être silencieux ». Aucune sensation, aucune réaction ne peut être bénigne : elle est habituellement analysée et renforce l’hypothèse de la présence de la maladie. Cette peur des maladies ou hypocondrie a des caractéristiques obsessionnelles dans la mesure où elle envahit les pensées du patient. Elle est renforcée par l’accès aux informations présentes sur internet, en particulier certains forums. Amplifiée encore par les tendances « orthorexiques » de la société, c’est-à-dire la croyance selon laquelle la santé dépendrait de l’alimentation : ainsi certains patients souffrant d’hypocondrie ont l’impression que de la graisse peut se déposer sur leurs vaisseaux après avoir mangé un gâteau…
Cette peur peut être calmée momentanément par un bilan clinique prescrit par un médecin compatissant. Mais là encore, si le médecin ne peut rassurer le patient, en particulier s’il émet le moindre doute sur le résultat d’un examen, le patient repart dans ses angoisses
Paradoxalement, il peut arriver qu’un diagnostic d’une maladie redoutée calme l’hypocondriaque : sa souffrance vient plus du doute et de la peur de passer à côté d’un diagnostic grave. Le diagnostic peut le rassurer car il découle sur un traitement…
La peur des maladies ou hypocondrie est souvent accompagnée d’autres symptômes anxieux : panique, anxiété généralisée, voire dépression.

Traitements

Comment traiter une peur des maladies ou hypocondrie ?

Le traitement de l’hypocondrie repose essentiellement sur un abord psychothérapique.
Les psychothérapies cognitives et comportementales sont particulièrement recommandées, mais d’autres abords peuvent aussi avoir leur place comme l’EMDR ou un abord systémique.
Dans certains cas d’hypocondrie on serait tenté de prescrire un traitement psychotrope, antidépresseur ou tranquillisant, mais les effets secondaires peuvent renforcer l’angoisse.
Proches/Famille Comment puis-je accompagner un proche ou un ami qui souffre de la peur des maladies ou hypocondrie ?
Si vous avez un proche souffrant de la peur de manger en public, il est bien sûr important d’être compréhensif, patient et d’éviter toute moquerie. Les proches sont particulièrement mis à contribution. Il faut rassurer, mais ne pas en faire trop car de toute façon on ne peut rassurer ces angoissés de façon rationnelle. Ainsi cette femme réveillée chaque nuit par son mari qui le suppliait d’écouter ses battements cardiaque pour voir s’il n’y avait pas d’anomalies…

Mes préconisations

Mon retour d’expérience sur l’hypocondrie ou peur des maladies.

Je vois régulièrement de tels patients. Bien sûr il est fondamental qu’un médecin somaticien (par exemple un interniste) fasse partie de la prise en charge : il doit faire des examens quand c’est strictement nécessaire, résister autrement, et rassurer toujours. Le succès d’un suivi psychothérapique repose sur la qualité de l’alliance thérapeutique, ici encore plus qu’ailleurs.