L’hyper scénarisation de la nourriture et la quête du corps parfait : paradoxe ?

Voir toutes les vidéos sur Psy Files

Intervieweur : Que pensez-vous du paradoxe actuel entre une surabondance d’émissions culinaires, de publicités alimentaires, de concours de cuisine et le matraquage médiatique en faveur d’un corps parfait grâce à des crèmes dites « minceur » et des régimes miracles ? On oscille en permanence entre le « selfie » et l’hyper scénarisation de la nourriture sur son profil social.

Dr. Bagot : : Nous sommes dans une société assez paradoxale, car il faut avoir un corps parfait mais la nourriture est omniprésente. La société renvoie encore une fois ses injonctions d’anorexie-boulimie. Les personnes qui sont obsédées par leurs poids et par la nourriture, on les trouvent autant chez les anorexiques, chez les boulimiques que chez les obèses. Il y a toujours cette obsession à certains moments : « que dois-je manger pour que cela soit sain pour mon corps, pour que cela me fasse maigrir et pour que cela ne touche pas mon cœur. »

Ces injonctions contradictoires représentent un énorme business. Le business du corps sain, des salles de gym, des crèmes amincissantes, des produits allégés et aussi de tous les produits sur lesquels nous pouvons craquer. Certaines marques connues, comme Nutella, sont un bel exemple d’aliments extrêmement chargés au point de vue des plaisirs et des interdits. Nous sommes dans une société où il y a des injonctions totalement contradictoires qui ne font que renforcer l’obsession autour de l’alimentation et du corps.

VOIR TOUS LES ARTICLES